« Borgia ! », Chapitre 66 - Vie pour vie !   

Chapitre 66 - Vie pour vie !

La bouche de l’abbé qui s’ouvrait pour appeler les gardes se referma. Sa pensée très nette à ce moment fut que la dernière heure du pape était venue.

– Inutile d’appeler, murmura-t-il à l’oreille du vieillard, c’est une inoffensive pauvresse de la côte.

Rosa Vanozzo s’était lentement avancée et s’arrêta devant le pape. Celui-ci ne voyait pas son visage qu’une écharpe noire jetée sur la tête cachait à demi.

– Que voulez-vous ? demanda rudement le pape.

– Parler seule à seul à Rodrigue Borgia, répondit-elle, de façon que le pape seul l’entendît. Et aussitôt, elle ajouta :

– Un crime est dans l’air. Votre vie est menacée. Si vous m’écoutez, vous êtes sauvé. Si vous ne m’écoutez pas, vous êtes perdu… Choisissez… Faites vite !

– Vous dites que vous pourrez me sauver ? balbutia-t-il à voix basse.

– Oui !… Et seule, je le puis !… Renvoyez cet homme !

Le vieux Borgia eut une minute d’affreuse indécision…

– Angelo ! fit-il tout à coup. Retire-toi, mon enfant.

– Il suffira, reprit la femme, qu’il soit assez loin pour ne pas entendre… Il peut ne pas nous perdre de vue…

– Tu entends, Angelo ? fit joyeusement le vieux Borgia… Écarte-toi un peu, mais sans quitter la grève, de façon que je continue à te voir.

L’abbé obéit et s’éloigna d’une vingtaine de pas.

– Parlez, bonne femme ! dit alors le pape.

Rosa Vanozzo laissa tomber l’écharpe qui cachait une partie de son visage.

– Me reconnaissez-vous, Maître ? demanda-t-elle.

– La Maga ! s’exclama le pape.

– Vous pouvez me faire saisir, si vous voulez… dit froidement Rosa ; je vous préviens que vous êtes perdu, si je ne suis là pour vous sauver.

De nouveau, la terreur s’empara du vieux Borgia.

– Parle donc ! dit-il avec angoisse.

– Il faut d’abord que vous ayez pleine et entière confiance en moi…

– J’attends que tu me dises qui veut me frapper ici, pourquoi et comment je suis menacé de mort !…

– Cela, fit la Maga, je ne vous le dirai pas. Je ne puis vous le dire…

– Que me veux-tu donc ? gronda le pape avec une irritation contenue.

– Vous proposer un échange… Deux existences sont menacées… La vôtre et celle d’une malheureuse dont je vais vous parler… Vous pouvez la sauver : si vous la sauvez, je vous sauve ! Sinon, je laisse faire !

– Je ne comprends pas !… Celle dont tu parles… qui est-ce ?…

– La comtesse Béatrix, la fille du comte Alma.

– Béatrix ! s’écria le vieillard étonné. Tu dis que je puis la sauver ?…

– Écoutez, reprit rapidement la Maga… Vous avez tué la mère… vous pouvez, vous devez sauver la fille… Béatrix a été enlevée… Par Lucrèce !

– Par Lucrèce ?…

– Béatrix enlevée a été entraînée jusque dans ce château où elle est séquestrée, d’où elle ne sort jamais… Dites un mot, imposez votre volonté à Lucrèce, et Béatrix sera libre.

– Et si je m’y refuse ?…

– Je vous l’ai dit ; je vous propose un échange ; votre existence contre celle de Béatrix… Vie pour vie !…

Le vieux Borgia frémit.

– Je sauverai Béatrix !

– Vous le jurez ?…

– Sur l’Évangile et la croix…

– Alors, dit lentement la Maga, vous êtes sauvé… Si vous croyez en Dieu, remerciez-le de vous avoir donné le pouvoir d’échanger votre vie contre une autre…

Le pape voulut interroger encore l’étrange vieille. Mais déjà celle-ci s’était reculée et disparaissait dans la nuit. Le pape demeura quelques minutes à la fois étonné et terrifié. Puis il appela l’abbé Angelo. Celui-ci s’empressa d’accourir.

– Tu avais raison, dit Borgia. C’est une pauvresse inoffensive qui est venue me demander une grâce.

– Et Votre Sainteté la lui a accordée ?…

– Je te l’ai dit, Angelo : c’est une grande joie que de faire grâce et de pardonner. Rentrons !

Et, en toute hâte, ils se dirigèrent vers le château. Au moment où ils arrivaient devant la porte du château, Lucrèce sortait entourée de gardes qui portaient des flambeaux.

– Ah ! mon père, s’écria-t-elle, je sortais vous chercher… j’étais si inquiète !…

– Bonne Lucrèce ! Je n’ai jamais mieux apprécié qu’en ce moment ton dévouement… Viens, nous avons à causer de choses graves.

Le pape rentra dans ses appartements, suivi de Lucrèce. L’abbé Angelo se glissa derrière eux…

 

Table of contents

Titre

Chapitre 1 - Primevère

Chapitre 2 - Ragastens

Chapitre 3 - Le Palais-Riant

Chapitre 4 - Les nuits de rome

Chapitre 5 - Les caprices de Lucrèce

Chapitre 6 - L'idylle après l'orgie

Chapitre 7 - Alexandre Borgia

Chapitre 8 - Le moine à l'œuvre

Chapitre 9 - La Maga

Chapitre 10 - La vierge à la chaise

Chapitre 11 - Le crucifix du Pape

Chapitre 12 - Raphaël Sanzio

Chapitre 13 - La voie appienne

Chapitre 14 - Âme en peine

Chapitre 15 - Conjonction

Chapitre 16 - La Papesse

Chapitre 17 - Une bonne idée de Pape

Chapitre 18 - Le cinquième cercle

Chapitre 19 - Rosa

Chapitre 20 - Fantôme d'hystérie

Chapitre 21 - César Borgia

Chapitre 22 - La nuit du condamné

Chapitre 23 - La tigresse amoureuse

Chapitre 24 - La vente du Capitan

Chapitre 25 - Le Tocsin

Chapitre 26 - Spadacappa

Chapitre 27 - L'auberge de la fourche

Chapitre 28 - Une litière passa

Chapitre 29 - La vieillesse de Borgia

Chapitre 30 - Perplexité d'un jardinier

Chapitre 31 - Le gouffre de l'Anio

Chapitre 32 - Un glas dans la nuit

Chapitre 33 - Le philtre d'amour

Chapitre 34 - Le père

Chapitre 35 - La morte

Chapitre 36 - Des honneurs funèbres

Chapitre 37 - Solitude de Ragastens

Chapitre 38 - Une tonnelle près d'une fenêtre

Chapitre 39 - Mariage de Primevère

Chapitre 40 - La rencontre

Chapitre 41 - La princesse Manfredi

Chapitre 42 - La duchesse de Bisaglia

Chapitre 43 - La gloire des Borgia

Chapitre 44 - Nuit de noces

Chapitre 45 - La légende du défilé et du rocher de la tête

Chapitre 46 - Le camp de César

Chapitre 47 - Le duel

Chapitre 48 - Le saule pleureur

Chapitre 49 - Après la bataille

Chapitre 50 - La vengeance de Lucrèce

Chapitre 51 - Sois brave, fidèle et pur

Chapitre 52 - Caprera

Chapitre 53 - La chute de la maison Alma

Chapitre 54 - Le fils du Pape

Chapitre 55 - L'abbé Angelo

Chapitre 56 - Rencontre dans la nuit

Chapitre 57 - Le père et la fille

Chapitre 58 - À l'aventure

Chapitre 59 - Giacomo

Chapitre 60 - Le port d'Ostie

Chapitre 61 - La tartane « La Stella »

Chapitre 62 - L'aile de la mort

Chapitre 63 - Un bon lecteur

Chapitre 64 - La liseuse de pensées

Chapitre 65 - Borgia rassuré

Chapitre 66 - Vie pour vie !

Chapitre 67 - Désespoir

Chapitre 68 - Discussion de famille

Chapitre 69 - Suprêmes résolutions

Chapitre 70 - Navire en vue

Chapitre 71 - La coupe d'or et la coupe d'argent

Chapitre 72 - Le bon génie d'Alexandre VI

Chapitre 73 - Statue vivante sur statue de bronze

Chapitre 74 - Speranza !

Chapitre 75 - Les dernières paroles de Rosa Vanozzo

Épilogue: Les jardins de Monteforte