« Poil de carotte », Chapitre 19 - Réticence   

Chapitre 19 - Réticence

— Maman ! Honorine !

…………………

Qu’est-ce qu’il veut encore, Poil de Carotte ? Il va tout gâter. Par bonheur, sous le regard froid de madame Lepic, il s’arrête court.

Pourquoi dire à Honorine :

— C’est moi, Honorine !

Rien ne peut sauver la vieille. Elle n’y voit plus, elle n’y voit plus. Tant pis pour elle. Tôt ou tard elle devait céder. Un aveu de lui ne la peinerait que davantage. Qu’elle part et que, loin de soupçonner Poil de Carotte, elle s’imagine frappée par l’inévitable coup du sort. Et pourquoi dire à madame Lepic :

— Maman, c’est moi !

À quoi bon se vanter d’une action méritoire, mendier un sourire d’honneur ? Outre qu’il courrait quelque danger, car il sait madame Lepic capable de le désavouer en public, qu’il se mêle donc de ses affaires, ou mieux, qu’il fasse mine d’aider sa mère et Honorine à chercher la marmite.

Et lorsqu’un instant tous trois s’unissent pour la trouver, c’est lui qui montre le plus d’ardeur.

Madame Lepic, désintéressée, y renonce la première.

Honorine se résigne et s’éloigne, marmotteuse, et bientôt Poil de Carotte, qu’un scrupule faillit perdre, rentre en lui-même, comme dans une gaine, comme un instrument de justice dont on n’a plus besoin.